Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Agrippine de Claire Bretécher

Ca déméninge !

Si ma passion des livres est inconditionnelle, elle l'est un peu moins s'agissant de la bande dessinée qui, toutefois, garde une place de choix dans mes passe-temps favoris. Je ne fais pas partie de ces personnes qui ne peuvent ab-so-lu-ment 83ae6a0cc7fabb9546600ff6f04bb9dd.jpgpas lire s'il n'y a pas d'images mais mon métier m'a démontré à maintes reprises que mes concepts rédactionnels, parfois jugés "bof" pour ne pas dire merdiques, fonctionnaient fichtrement bien une fois déclinés graphiquement par mes chers Directeurs artistiques. De l'interdépendance du visuel et de l'écrit... Quoiqu'il en soit, je dévore, certes moins, les BD comme les livres donc pourquoi ne me livrerais-je pas à une critique du 9e art ?!

J'ai choisi Agrippine de Claire Bretécher en guise d'entrée en la matière. Ces illustrés, représentations aussi comiques que caustiques de la décadence de la jeunesse d'aujourd'hui et de la déliquescence des relations interpersonnelles de manière générale et familiales en particulier, sont tout bonnement à mourir de rire. En plus d'un graphisme original qui renforce le côté loufoque de cette satire, le véritable jargon agrippinien est un ravissement subtil qui, une fois pénétré, est le sésame de la jubilation spirituelle.

Bref, ces planches sont facétieuses, saugrenues, cocasses... Et tout le toutim pour le bon plaisir de nos zygomatiques.
A consommer sans modération !

Les commentaires sont fermés.