Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique d'une ambivalente #7

D'un naturel excessif, je ne suis pas de celles à qui l'on marche sur les pieds impunément. L'on pourrait même pousser jusqu'à l'extrême en déclarant que j'ai tendance à avoir la fustigation assassine.

Fruit d'une éducation rigoureuse, je peux me prévaloir de connaître les usages les plus communs comme certains plus raffinés. Facette artistique sans doute, j'ai également, dans mon jeune âge, transgressé toutes ces règles en tutoyant les limites de la vulgarité et de l'insolence. Mais jamais de la bienséance.

Ce cheminement dans les règles éducatives n'est que poncif me semble-t-il. Et pourtant non. Le sans-gêne semble aujourd'hui l'emporter sur la courtoisie. Si mes limites personnelles me poussent parfois à devenir désobligeante, à adopter un ton méprisant voire à pousser jusqu'à la perfidie (de l'art de l'argument fallacieux...), je ne me permets cependant jamais de m'imposer.

Pourtant s'imposer semble être devenu la règle. Et malheureusement, confronté à cette attitude, mon verbe acéré a tendance à tomber en décrépitude. C'est ce qu'on appelle vulgairement se faire couper le sifflet. Alors peut-être s'agit-il d'un manque d'arrivisme mais personnellement, je suis incapable de m'incruster, de réclamer ou que sais-je encore.

384690e9b02769caf73942ceba693663.jpgMais ce qui est pour moi l'évidence de la convenance n'est apparemment qu'une faille dans laquelle une floppée de malotrus ne songe qu'à s'engouffrer. Pourquoi hésiter à s'incruster, à réclamer ou que sais-je encore puisque, bonne poire, je serai tellement sidérée par un tel toupet que je ne trouverai rien à dire ?

Aujourd'hui, comme le disait Romain Coolus :

Politesse : usage hors d'usage.

... j'hésite entre devenir moi-même irrévérencieuse et gare à ceux qui trouveront à y redire ou exercer mes automatismes d'auto-défense afin de recadrer les importuns avant qu'ils ne marchent sur mes plates-bandes. Mais quoi qu'il advienne, je reste une convaincue inconditionnelle de la théorie de Monsieur Castor :

L'enfer, c'est les autres. 

Les commentaires sont fermés.