Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Northanger Abbey de Jane Austen

Editions Christian Bourgois - 276 pages

Quatrième de couv' : Jane Austen jugeait désuet l'engouement de son héroïne Catherine Morland pour les terrifiants châteaux moyenâgeux de Mrs Radcliff et les abbayes en ruine du préromantisme anglais. Parodie de roman gothique, satire pleine de saveur de la société anglaise qui prenait ses eaux à Bath, Northanger Abbey est aussi le roman très austenien du mariage et très moderne du "double jeu".

8948bf6899c472f66374d5f6d0c6a4ea.gifAprès, selon mes propres goûts littéraires, le succès incontestable d'Orgueil et préjugés, celui un peu moins évident d'Emma mais au final avéré et puisqu'on dit "jamais deux sans trois", j'ai une fois de plus passé la semaine dans l'Angleterre du XIXe siècle. Je ne ferai pas de paraphrase de la succincte quoique très perspicace quatrième de couverture. Mais je me contenterai, avant de livrer quelques extraits qui ont su me toucher, de souligner ma totale admiration pour cette femme auteur qui, outre des talents d'écriture et d'imagination pour le moins développés, savait, à chaque fois, livrer une oeuvre aboutie non pas à son public mais à ses publics. Car Jane Austen écrivait avec tant de maîtrise, domptait verbe et intrigue avec une telle dextérité que son produit final se trouvait et se trouve encore être un chef d'oeuvre tant pour les midinettes que pour les cyniques. Cette habileté a réunir des assistances si farouchement opposées ne peut que forcer mon admiration. Ne reste plus qu'à me plonger dans Raison et sentiments qui m'attend patiemment parmi mes innombrables BAD...

Mises en bouche :

Elle lut tous ces ouvrages que doivent lire les héroïnes pour emplir leur mémoire de ces citations qui s'avèrent tellement utiles et tellement apaisantes dans les vicissitudes de leur existence mouvementée.

De Pope, elle apprit à censurer ceux qui

"Portent partout leurs moqueries sur l'infortune..."

De Gray, elle sut que

"Mainte fleur est née pour rougir, invisible, et pour gaspiller sa fragrance dans un désert..."

De Thompson, que

"C'est une tâche délicieuse que d'apprendre à la jeune idée à percer..."

Shakespeare lui fournit nombre d'informations. Elle apprit entre autres que

"Des bagatelles légères comme l'air sont aux yeux du jaloux une aussi puissante assurance que les preuves que livrent les Saintes Ecritures..."

Que

Le pauvre scarabée que nous écrasons souffre en son corps des transes aussi cruelles qu'un géant lorsqu'il meurt..."

Et qu'une jeune femme amoureuse est comme

"La Patience qui sur son monument sourit à la Souffrance..."

...

L'amitié est certes le plus doux des baumes aux plaies des amours décues.

Commentaires

  • Le décor. Saisis-moi. Mets-moi à fond. Et fais ça discret, dans un endroit incroyable...

    http://andy-verol.blogg.org

Les commentaires sont fermés.