Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Petite morue deviendra grande... | Page d'accueil | Chronique d'une ambivalente #4 »

14/07/2007

La soeur de Mozart de Rita Charbonnier

Editions du Seuil - 397 pages

Quatrième de couv' : Mozart avait une soeur aînée. Virtuose du clavecin elle aussi, Nannerl se produisait en duo avec son frère dans toutes les cours d'Europe jusqu'au jour où son père décide de la cantonner à Salzbourg. Alors que Wolfgang est porté aux nues, Nannerl, victime de son sexe et de son siècle, grandit, dans l'ombre de ce génie écrasant. Bridée, jalouse, passionnée, elle aura malgré tout un destin de femme étonnamment moderne...

dfd3e80e9b3672b5763a61301360fad9.jpgL'objet de ma énième petite mort - de la jouissance littéraire... - fut aussi galvanisant qu'il était prometteur. D'une écriture souple et harmonieuse mêlant en première partie la narration au genre épistolaire, l'auteur, Rita Charbonnier, critique musicale-théâtrale et scénariste, nous livre dans son premier roman un style tout autant qu'une intrigue dignes de Jane Austen elle-même, excusez du peu et fait revivre sous sa plume des personnages illustres tels que Mozart, vous l'aurez compris, suivi de l'inflexible figure paternelle, ou encore Salieri... et de moins connus tels que Nannerl, sa soeur ici protagoniste, tardivement.

La musicalité du récit parvient à nous replonger dans la fantastique oeuvre cinématographique de Milos Forman Amadeus. Car écrire la musique, avec maestria, nous permet de l'entendre. Une vie parallèle pour un écho sempiternel.

Si l'écriture de Rita Charbonnier fait revivre des personnages et des événements réels, elle a su extraire de sa passion pour la musique et la famille Mozart une fiction dont la véracité souhaite résonner intégralement. Ce requiem littéraire pour une soeur sondée jusque dans l'âme par son auteur me laisse penser que si Flaubert était Emma, Nannerl est aujourd'hui Rita...

Extrait :

... c'est peut-être ce que Wolfgang a voulu rendre : chacun de nous vit dans l'attente de quelque chose, mais la réalité des faits est toujours différente de toutes les conjectures et même de toutes les visions ; dans la réalité s'introduit toujours un élément que l'esprit le plus fantaisiste n'aurait pu imaginer, cela n'a donc aucun sens de se lamenter sur de prétendus échecs qui risquent de cacher les vrais succès...

15:10 Écrit par charlotte sapin dans Citation, Culture, Littérature italienne, Livre, Musique, Roman | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.