Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Chronique d'une ambivalente #3 | Page d'accueil | La soeur de Mozart de Rita Charbonnier »

13/07/2007

Petite morue deviendra grande...

Si je parle de poisson, ce n'est pas dans l'intention de vous faire une session gastronomie. Pourtant, l'idée est de vousfb2ecf66012756b43b61ec82a3f28267.jpg donner une recette. Et quand je dis "vous", je m'adresse à vous ma caste phénotypique, ma tribu, mes homologues, mes identiques... mes soeurs ennemies, mes rivales... bref, vous, les femmes.

Comme nous le savons toutes, les relations avec les hommes sont d'une complexité approchante si ce n'est équivalente à l'intelligibilité du champ gravitationnel des trous noirs ou de la théorie des cordes visant à unifier la mécanique quantique et la théorie de la relativité générale. En somme, c'est pas tous les jours faciles ! Et cette subtilité relationnelle, si elle nous échappe la plupart du temps, est la cause de nombreuses remises en question, de douloureuses tentatives d'auto-amendement... en vain !

Quel est donc le remère miracle pour cesser d'être une emmerdeuse ? Pour arrêter d'être jalouse à tout bout de champs voire de virer hystéro même à la simple vue d'une créature virtuelle aux atours plus généreux (Lara Croft...) ? Pour mettre un terme à des baisses de libido chroniques ? Pour clore les chapitres récurrents de titillages intempestifs pour un oui pour un non ? Pour en finir avec les accès de pseudo humiliation publique parce notre moitié n'est pas telle que l'on voudrait qu'elle soit - comme nous - mais bien telle qu'elle est ? Pour couper court aux... En définitive vous savez bien, pour mettre un point final à notre côté prise de tête ?

Et bien mesdames et mesdames, au risque de vous décevoir, il n'existe aucun remède miracle à ces importuns problèmes d'attitude. Ou plutôt si. Mais un seul : trouver l'homme parfait. Bon, j'entends d'ici là les récriminations des plus blasées : "quel pléonasme !", "autant dire qu'il n'y a pas de topique !", j'en passe et non des moindres. Et pourtant, voici bel et bien la seule certitude dont nous puissions nous prémunir. Le dicton "quand l'appétit va, tout va" est on ne peut plus transposable en la matière. Rien ne sert de changer, il faut aimer à point.

Parole de la pire hystéro qui fut.

13:22 Écrit par charlotte sapin dans Chronique d'une ambivalente, Moi, Psy | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.